À l’origine, il y a des histoires : celles de producteurs, transformateurs, distributeurs, communes et consommateurs, qui portent des actions autour de l’emploi, l’insertion, le développement économique, l’éducation, la qualité alimentaire, l’agriculture.... L’histoire se dessine collective lorsque ces initiatives réunies se croisent dans un objectif commun : développer une offre alimentaire locale de qualité accessible à tous les habitants. Cette construction est portée par Véronique Thiébaut, vice-présidente à la Communauté de Communes du Sud- Artois. 

En 2018, en complément des actions concrètes menées depuis de nombreuses années, elle s’engage ainsi dans un projet ambitieux : un Projet Alimentaire Territorial (PAT). Et en 2021, le PAT du Sud-Artois est labellisé par le Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Forêt. 

 

Un projet alimentaire territorial, c’est quoi ?

De leur petit nom “PAT”, les projets alimentaires territoriaux visent à donner un cadre stratégique et opérationnel aux enjeux alimentaires sur un territoire donné. Ils abordent l’alimentation autour de trois axes : 

  • l’économie : structuration des filières, rapprochement de l’offre et de la demande, installation d’agriculteurs, préservation des espaces agricoles…
  • l’environnement : productions locales, agriculture biologique, préservation de l’eau, lutte contre le gaspillage alimentaire…
  • le social : création de liens, lutte contre la précarité alimentaire, éducation au goût, à l’alimentation…

Téléchargez la plaquette de présentation du PAT du Sud Artois [lien vers la plaquette]

 

Faites-vous accompagner ! 

Vous souhaitez réduire votre gaspillage alimentaire ? Vous cherchez à vous approvisionner en circuits-courts ? Contactez-nous !

  • Aide de 80% sur des investissements pour certaines cantines scolaires
  • Des kits anti-gaspillage pour les cantines locales avec un accompagnement par le CPIE.
  • Des Appels à Projets dédiés aux territoires en PAT

 

Déjà des résultats concrets !     

Des retombées locales directes :

  • 61 tonnes de produits (pommes de terre, potimarrons, courges, choux blanc) donnés à des associations d’aide alimentaire de la région, issus de 4 donateurs et 2 glanages avec les lycées, coordonnés par SOLAAL 
  • 25 restaurants collectifs réduisent leur gaspillage alimentaire et s’équipent pour respecter la loi Egalim 
  • 9 restaurations collectives intègrent des produits locaux en circuit-court 
  • Des initiatives privées, citoyennes, associatives et publiques qui se multiplient : collectes, dons, ateliers collectifs, jardins partagés 
  • Des agriculteurs cherchent à développer leurs débouchés locaux : vente à la ferme, en distributeurs, paniers, sur les marchés, dans les commerces, les cantines et les restaurants. 

 

Vous êtes agriculteur, artisan, commerçant, élu, technicien, acteur associatif, employé dans la restauration collective, travailleur social ou citoyen ? 

À tout moment, rejoignez le mouvement !